La Base Russe En Armenie Ne Sera Pas Deployee Au Karabagh

LA BASE RUSSE EN ARMENIE NE SERA PAS DEPLOYEE AU KARABAGH
Jean Eckian

armenews.com
mercredi 18 avril 2012

News Az a eu une entrevue avec l’ex Procureur General et Ministre de
la Justice de l’Azerbaïdjan, le depute Ilyas Ismaylov.

NAz : La Russie a commence a lever un contingent et achemine de
l’armement pour sa base militaire en Armenie. Cette base militaire
pourrait-elle etre impliquee dans une guerre possible autour du
Karabagh ?

Ilyas Ismavlov : Je pense que l’armee russe ne peut pas s’immiscer dans
une guerre contre le Karabagh. Dans le cas contraire, cela constituerai
une violation du droit international. En outre, l’engagement de l’armee
russe dans une possible guerre autour du Karabagh est fonction de
la situation interieure en Russie. Je veux dire que les mères russes
n’accepteront jamais que leurs enfants meurent a la place des Armeniens
du Karabagh. En general, l’eventualite d’une participation de l’armee
russe au Karabagh ne peut pas etre serieusement envisagee.

NAz : Quelle peut-etre la position de la communaute internationale
sur un possible engagement de la base russe en Armenie dans la guerre
autour du Karabagh ?

Assurement, cela sera vu comme une agression russe, dans la mesure ou
l’Azerbaïdjan, s’il decide de liberer ses terres occupees en recourant
a la guerre, mettra les normes du droit international en application.

Je pense que l’Azerbaïdjan doit etre libre de recuperer les terres
occupees. La periode de 20 ans qui s’est ecoulee demontre que l’OSCE
est incapable de resoudre le problème du Karabagh, dans la mesure
où les decisions adoptees par ces organisations internationales
sont principalement des recommandations et où elles ne creent aucune
obligation pour les etats. En consequence, l’Armenie n’acceptera jamais
de suivre ces recommandations. En outre, la partie azerbaïdjanaise
doit obtenir que la question du Karabagh soit inscrite a l’agenda
du Conseil de Securite des Nations Unies. A cette fin et entre
temps, l’Azerbaïdjan doit insister sur la non application des quatre
resolutions sur le Karabagh, adoptees par le Conseil de Securite des
Nations Unies. Autrement, l’Azerbaïdjan devra liberer ses terres
occupees par la guerre. Cela creerai une agitation dans l’arène
politique internationale. Cependant, selon le droit international, dans
le cas possible d’une guerre autour du Karabagh, nul pays n’a le droit
d’intervenir, le fait de l’occupation du territoire azerbaïdjanais
etant etabli dans les documents d’organisations internationales.

NAz : L’Azerbaïdjan a-t-il les moyens de prevenir un engagement
des troupes russes dans le conflit du Karabagh par des voies
diplomatiques ?

D’abord, dans le cas d’une nouvelle guerre autour du Karabagh,
l’Azerbaïdjan devra user de methodes diplomatiques pour empecher la
possible intervention de la partie russe dans le conflit. De meme, il
faut noter que les milieux dirigeants de l’Azerbaïdjan et de Russie
maintiennent de liens normaux, ce qui constitue une base pour parer
aux risques possibles d’engagement de la Russie dans le conflit du
Karabagh, et cela, par le canal diplomatique.

NAz : La base militaire russe en Armenie cree-t-elle une menace, ou,
comme le disent les dirigeants russes, promeut-elle la stabilite dans
la region du Sud-Caucase ?

Il n’y a pas de doutes, la presence de bases militaires etrangères
dans la region du Sud Caucase accroît la menace. L’implantation d’un
contingent militaire aussi nombreux et d’armement dans cette region
est une grande source de menace. De plus, il n’y a pas besoin de ces
forces en Armenie. Aucun des pays voisins n’attaquera l’Armenie. Par
exemple, la Turquie voisine n’a aucune revendication territoriale
contre l’Armenie. C’est tout le contraire, l’Armenie elle-meme a des
revendications territoriales contre la Turquie.

Passons sur la confusion chronique a propos du rôle de l’OSCE
dans le conflit : contrairement aux declarations du depute azeri,
ancien Ministre de la Justice, l’OSCE, cadre de mediation accepte par
Bakou, n’a pas a se montrer capable ou non de resoudre le conflit du
Karabagh. Passons sur les quatre resolutions du conseil de securite
qui comportent c’est vrai des obligations pour la partie armenienne ;
mais elles en comportent aussi pour la partie azerbaïdjanaise qui n’en
a jamais engage l’application. Passons egalement sur les revendications
territoriales respectives de la Turquie, de l’Azerbaïdjan et de
l’Armenie. On ne sait pas si les lecteurs de News Az seront convaincus
par les arguments de l’ancien ministre azeri. En fin de compte, on
doute qu’il soit convaincu lui-meme qu’en cas de guerre declenchee
par l’Azerbaïdjan, la Russie resterait au-dehors. Il n’y a pas de
solution militaire au conflit et il n’y a guère qu’a Bakou qu’on
veuille l’ignorer.

Traduction et commentaire Gilbert Beguian

From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress

You may also like

Emil Lazarian

“I should like to see any power of the world destroy this race, this small tribe of unimportant people, whose wars have all been fought and lost, whose structures have crumbled, literature is unread, music is unheard, and prayers are no more answered. Go ahead, destroy Armenia . See if you can do it. Send them into the desert without bread or water. Burn their homes and churches. Then see if they will not laugh, sing and pray again. For when two of them meet anywhere in the world, see if they will not create a New Armenia.” - WS