Émigration et << Indépendance >> : réalités et regrets dans un villa

ARMENIE
Émigration et > : réalités et regrets dans un village reculé

L’arôme mélangé du basilic et de la menthe dans l’air excite les sens
comme la pourpre royale du basilic attire l’oeil, les feuilles de
menthe vert clair clinées montrent le chemin du jardin vers la
maison.

Un chle de laine gris est serrée autour de la taille de la femme dans
un chandail rouge. Des gouttes de sueur roulent étincelant son visage,
son teint aussi blanc que les neiges de l’Ararat. Elle tente d’arrêter
la sueur avec un mouchoir, en remuant constamment la cuisson de la
confiture sur un poêle à bois.

> dit
Greta 72 ans, ses paupières deviennentt rouge comme si elles
reflétaient la couleur de la confiture qu’elle fait dans la cuisine,
les larmes se mélangent à la sueur coulant sur son visage, car son
esprit l’emmène à ses fils et ses petits-enfants vivants, comme elle
le dit, > depuis maintenant 18 ans.

Son mari, Grisha Mnatsakanyan, 76 ans met un plat avec juste quelques
figues fraîches sur la table et dit avec obstination et la rébellion
écrit tout sur son visage : >.

Tchakaten dispose de 45 foyers et 144 résidents. Depuis maintenant six
ans le village n’a pas entendu le premier cri d’un nouveau-né, depuis
quatre ans la cloche n’a pas sonné à l’école du village – pas de
rentrée.

dit-il.

L’émigration des villages reculés de l’Arménie est comme une machine
qui gagne lentement de la vitesse – de Kapan à Erevan à Moscou. La
majorité de ceux qui ont quitté Tchakaten sont maintenant à Moscou.

Greta a dit que deux familles ont quitté le village en Septembre.

>.

L’odeur rafraîchissante juste brassée du thé à la menthe sature l’air.
Greta se déverse un verre à partir d’un ancienne thermos soviétique.
Grisha apporte du miel avec morceaux de cire d’abeille, les figues
sont dans un coin de la table, la chute du doux miel dans une tasse
apparaît comme la rosée du matin dans le soleil. Greta récupère ses
albums de photos et parle de ses petits-enfants, de cette façon se
sentir un peu plus proche d’eux.

Ils analysent les développements politiques récents – l’union
douanière ou la famille européenne.

> dit Grisha.

Il est difficile de dire si c’est Tchakaten qui détient les montagnes
dans son étreinte ou ce sont les montagnes qui embrassent Tchakaten,
tant ils semblent être harmonieusement imbriqués.

>, dit Grisha.

Venant tout juste de la rencontrer, il n’est pas toujours facile de
quitter Greta. Ses yeux disent >. Elle me tient serré et dit : , mes enfants ne sont pas ici,
que Dieu les aide dans un pays étranger >>.

Par Gayane Lazarian

ArmeniaNow

dimanche 27 juillet 2014,
Stéphane (c)armenews.com
`094

http://www.armenews.com/article.php3?id_article

You may also like