Serge Sarkissian déclare que le manque de normalisation arméno-turc

ARMENIE
Serge Sarkissian déclare que le manque de normalisation arméno-turc
est l’élément vulnérable de la sécurité pan-européenne

Le président arménien Serge Sarkissian a de nouveau accusé jeudi la
Turquie de garder sa frontière close avec l’Arménie ainsi que sa
politique négationniste alors qu’il s’exprimait devant les
participants à une réunion de haut niveau qui s’est tenue à l’occasion
du 5e anniversaire du Partenariat oriental.

`L’absence de normalisation des relations arméno-turques et la
dernière frontière fermée de l’Europe continueront d’être un élément
vulnérable de la sécurité paneuropéenne. Il est paradoxal mais
néanmoins réel que la Turquie qui aspire à une adhésion à l’UE ce pays
ait bouclé sa frontière avec un pays voisin, alors que les frontières
au sein de l’Union européenne font depuis longtemps partie de
l’histoire et que la libre circulation est un principe de base », a
déclaré Serge Sarkissian lors de la réunion à Prague le 24 avril.

« Aujourd’hui, je me suis embarqué pour me rendre à Prague à partir du
monument commémoratif du génocide arménien, où j’ai rendu hommage à la
mémoire des victimes innocentes du génocide arménien. Le 24 Avril 1915
à Constantinople des centaines d’intellectuels arméniens – écrivains,
artistes, médecins, personnalités publiques – ont été arrêtés et
abattus conformément à un plan criminel prémédité conçu et
méticuleusement mis en Å`uvre par les structures ottomanes de l’Etat,
et donc a été lancé ce qui a été désigné dans l’histoire de l’humanité
comme le premier génocide du 20e siècle `, a déclaré le leader
arménien.

`Aujourd’hui, je voudrais énoncer une parole de gratitude aux Etats,
organisations et particuliers, qui ont étendu leur main pour nous
aider au moment de notre tragédie nationale, reconnue et condamnée du
génocide arménien. La contrainte du temps ne constitue pas un délai de
prescription pour le crime de génocide, et avec le génocide arménien
avant son Centenaire je souhaite réitérer l’importance de la
reconnaissance et de la condamnation de ce crime sans précédent par la
communauté internationale. `

Selon Serge Sarkissian, malgré une lutte pour une adhésion à l’UE la
Turquie continue à éviter son propre passé, de contourner sa
responsabilité, et pendant des décennies a falsifié l’histoire en
poursuivant la politique de déni.

`En outre, elle n’a ménagé aucun effort afin de forcer par tous les
moyens d’autres pays d’adhérer à son négationnisme`, a-t-il ajouté.

« Aujourd’hui, des milliers de citoyens turcs, dont le nombre se
développe d’année en année, en dépit de la persécution et de
poursuite, répudient la politique de la Turquie de déni et recherchent
la vérité. S’assembler avec sa propre histoire et comprendre ses
conséquences sont des conditions préalables importantes pour la
réconciliation. Nous croyons que la promotion de contacts entre les
peuples est une autre condition préalable importante pour la
réconciliation. Malheureusement, cela est presque impossible car il
existe des obstacles artificiels, et la frontière est fermée. `

Dans son discours, le leader arménien a aussi parlé du processus de
réformes menées dans le cadre du partenariat oriental, soulignant
qu’elles ont `consolidé de manière significative le développement
démocratique de l’Arménie.`

`Des progrès tangibles ont été enregistrés dans la lutte contre la
corruption, des élections libres et équitables, garantir la libre
concurrence économique, l’amélioration de la transparence du
fonctionnement des structures de l’Etat, la sauvegarde de
l’indépendance du pouvoir judiciaire et le développement de la société
civile. De la même façon, nous sommes pleinement conscients que nous
avons encore beaucoup à faire pour établir une véritable démocratie de
type européen », a déclaré Serge Sarkissian.

« Je considère que l’encouragement des contacts entre les peuples est
une réalisation majeure dans le cadre du Partenariat oriental. Ã cet
égard, je tiens à préciser les progrès enregistrés dans le domaine des
visas d’entrée, qui est prouvé par la formation du nouveau cadre
juridique pour la facilitation des contacts et des échanges des
citoyens. Les accords de facilitation de visa et de réadmission sont
déjà en vigueur `.

Dans ses observations, le chef arménien a également abordé la crise
ukrainienne, en disant qu’elle a démontré que « le manque de
compréhension des causes profondes de la situation actuelle pourrait
remettre le partenariat oriental en question.`

« L’Arménie a rejoint le partenariat oriental avec une conviction
profonde qu’il n’est pas dirigé contre aucun pays tiers. Nous restons
avec cette même conviction. Cette initiative a eu toutes les
conditions préalables pour devenir non pas un mur de séparation, mais
un pont qui relie. Il est nécessaire de trouver des solutions par le
biais d’un dialogue qui tienne compte des intérêts de tous les
bénéficiaires régionaux », a conclu Serge Sarkissian.

samedi 26 avril 2014,
Stéphane ©armenews.com

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=99367

You may also like