La FIDH rend hommage aux Mères du Samedi et aux victimes du génocide

TURQUIE
La FIDH rend hommage aux Mères du Samedi et aux victimes du génocide
arménien – Photos

Une délégation de la FIDH s’est rendue, samedi 24 mai, sur la place de
Galatasaray, à Istanbul, afin d’apporter son soutien aux Mères du
Samedi. Ces mères se réunissent chaque samedi depuis 1995, pour
réclamer la vérité sur le sort de leurs enfants et proches disparus.

Des années 70 à 90, les forces de sécurité turques ont fait
disparaître plus de 800 activistes turcs et kurdes. La délégation de
la FIDH était notamment composée de Shirin Ebadi, Prix Nobel de la
Paix 2003 et de Nasséra Dutour, porte-parle du Collectif des familles
de disparus en Algérie.

Une délégation de la FIDH s’est rendue à Dolmabahce (Istanbul), pour
rendre hommage aux victimes du génocide arménien. Les personnes
présentes, parmi lesquels une quarantaine de ligues membres, dont les
ONG turques et arménienne, Philippe Kalfayan, membre du bureau
international, Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix 2003, ont jeté des
fleurs à la mer en mémoire des disparus.

C’est à Dolmabahce, le 24 avril 1915, que plus de 300 intellectuels
arméniens ont été forcés de fuir et de monter dans des trains vers des
destinations inconnues ; un des prémices du génocide arménien. Chaque
année, à cette date, des défenseurs des droits humains turcs réitèrent
cet hommage en ce lieu très symbolique.

La FIDH tient actuellement son Congrès mondial à Istanbul. Ses 164
ligues membres y sont réunies afin de définir la stratégie de la FIDH
pour les trois prochaines années et d’élire le nouveau bureau
international.

Résolution déposée par l’Association des Droits de l’Homme (IHD –
Turquie), la Fondation Turque des Droits de l’Homme (TIHV – Turquie),
et Civil Society Institute (CSI – Arménie) et adoptée en séance
plénière du Congrès le 26 mai

Faisant suite à la résolution du 37ème Congrès de la Fédération
Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), qui s’était
tenu à Erevan en Arménie en avril 2010, et comme résultat du dialogue
constructif entrepris par les ONG turques et arméniennes à Erevan
(Arménie),

Considérant sa position historique inébranlable sur la question du
génocide arménien et les progrès récents observés en Turquie pour des
débats libres et ouverts à propos de cette question,

Considérant les nombreux appels de la société civile turque :
Personnalités politiques, ONG, Universitaires et Intellectuels,
Journalistes, pour la vérité et la justice sur le génocide arménien,

Le 38ème Congrès de la Fédération Internationale des Ligues des Droits
de l’Homme (FIDH), réuni à Istanbul (Turquie) du 23 au 27 mai,

Lance un appel au Gouvernement de la République de Turquie, à la
veille du 100ème anniversaire du génocide de 1915 et de la
commémoration de ses victimes, pour :

– Reconnaître le génocide arménien organisé et perpétré par le
gouvernement Jeune Turc sous l’Empire Ottoman au début du 20ème siècle
;

– Mettre fin au blocus de la République d’Arménie sans conditions
préalables, et prendre des dispositions immédiates pour rétablir des
relations diplomatiques avec l’Arménie.

Extrait du discours d’ouverture du Congrès de la FIDH le 23 mai, dit
par Souhayr Belhassen, Présidente sortante de la FIDH, devant les
autorités turques :

« …Renforcer l’indépendance de la justice pour préserver l’avenir,
sanctionner et réparer les crimes du passé pour pouvoir tourner la
page, réprimer et prévenir enfin la perpétration des crimes
internationaux. Comment ne pas évoquer ici les crimes abominables et
impunis perpétrés en Syrie ?
Nos expériences croisées nous permettront d’approfondir l’analyse des
obstacles à la réalisation de ces objectifs qui sont des clés de la
réussite des transitions. Nous poursuivrons avec nos collègues turcs
et arméniens la réflexion commune exemplaire de notre dernier congrès,
à Erevan en 2010, qui a abouti à une motion adoptée par les ligues du
monde entier… »

dimanche 2 juin 2013,
Stéphane ©armenews.com

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=90176

You may also like