Lettre d’un Arménien d’Alep

SYRIE
Lettre d’un Arménien d’Alep

On dit que la centrale électrique a partiellement été attaquée. Il
n’est pas minuit et le courant vient juste d’être rétabli il y a 1
heure. Je suis sorti la nuit dernière à 10 heures.

Les rues sont pratiquement vides jusqu’à 11 heures minuit. On entend
toujours des explosions au loin. Nous y sommes habitués. Mais ce qui
est arrivé hier de 6 heures à minuit dans la rue Jallaa a vraiment
frappé les Arméniens de Alep qui ont ressenti la férocité des
événements à fleur de peau. Avant cela, de nombreux incidents ont eu
lieu aux abords de New Kyugh (le quartier du Sourp Kevork) , se
rapprochant des secteurs arméniens.

95 % des magasins sont fermés. Vous ne trouverez qu’un ou deux
magasins ouverts au marché Aziziyeh. Les taxis ont augmenté leurs
tarifs et il n’y a aucun bus public autour. Les mini-vans à 14 places
travaillent toujours mais ils ne vont pas partout. Par exemple, on
peut seulement aller à pieds de Nor Kyugh à Aziziyeh. Toutes les
autres rues de l’autre côté de Kapriyeh sont fermées et les voitures
ne passent pas

Un litre d’essence coûte maintenant 250 livres syriennes, une hausse
vertigineuse comparée aux 35 livres pratiquées. Le gaz coûte
maintenant 6000 livres (le prix officiel est 450). Le gouvernement
donne du mazout aux boulangeries (un fioul épais de mauvaise qualité)
et de la farine. La plupart des boulangeries travaillent toute la nuit
jusqu’ à 8-9 heures du matin. Mais le pain ne suffit pas car on vient
de loin pour en acheter beaucoup. De nombreuses boulangeries du
voisinage ne travaillent pas.

De nombreux vendeurs de fruits ne se sont pas montrés. Ils n’ont
certainement pas eu la possibilité d’arriver ici depuis les villages.
Tout est cher. Les épiceries sont ouvertes. Le développement le plus
intéressant est l’énorme augmentation de vente de cigarettes de
contrebande dans les rues. On peut trouver pratiquement toutes les
marques. Même les cigarettes locales ont vu leur prix augmenter. Les
Arméniens ne sont encore démunis d’argent. Les riches ont déjà un pied
hors du pays. La classe moyenne résiste toujours mais la proportion
des classes sociales est difficile à déterminer. Ceci deviendra
évident quand les écoles rouvriront en septembre et que les dépenses
devront être payées.

Les écoles ouvrent officiellement le 16 septembre, mais nombreuses
sont celles occupées par les réfugiés et ceux qui n’ont plus de
domicile. On peut voir des gens dormir dehors dans les parcs et les
squares. La situation des Arméniens est meilleure que celle des
résidents des quartiers du voisinage. Les Arméniens ont peur que le
gouvernement les force à accepter dans leurs écoles des personnes de
l’ extérieur et il y a une peur cachée que des quartiers arméniens se
vident comme une partie de Nor Kyugh.

Un organisme central s’est formé, qui a ponctionné 700 $ de chaque
organisation arménienne pour acheter des stocks de nécessités de base
(2 t de farine, 2 t de blé, 2 t de sucre, etc.)

Chaque organisation doit proposer cinq bienfaiteurs prêts à aider les
Arméniens indigents d’une assistance globale de 35 $ pour leurs
besoins.

On voit des groupes de trois à cinq personnes`battre le pavé`,
commentant les événements de la journée. Ce sont des commerçants,
debout devant leur rideau partiellement baissé, attendant un ami ou
des relations venus pour bavarder. Même un étranger peut devenir
l’interlocuteur attendu.

Mais il domine une atmosphère de peur et d’inquiétude. Les enfants
sont gardés à l’intérieur surtout en raison des coupures
d’électricité. Les enfants n’ont rien à faire,. Ce qui rend la
situation générale encore plus irritante. Les soirs, les rues sont
sombres et silencieuses. Sulimaniye est la dernière rue à se vider de
ses gens. Ceci est encore plus surprenant car, dans le passé en
période de Ramadan, les rues d’ Alep étaient pleines de gens visitant
tout au long de la nuit les commerces qui restaient ouverts jusqu’au
matin. Les commerçants qui ont eu l’intuition de ne pas remplir leurs
étagères pour ce Ramadan sont dans une meilleure situation que ceux
qui n’ont pas vu venir le tournant économique.

La vie économique a atteint son plus bas niveau. Seul l’essentiel est
acheté et vendu.

Le 10 août 2012

Source :

Traduction : Gisèle Garabédian

lundi 13 août 2012,
Ara ©armenews.com

http://hetq.am

You may also like