Les opposants se mobilisent

Le Figaro, France
21 juillet 2004

Les opposants se mobilisent

Cécile de Corbière
[21 juillet 2004]

En réaction à la visite du premier ministre turc, le parti
FRA-Daschnaktousioun (Fédération révolutionnaire arménienne) et le
Parti arménien démocrate libéral (PADL), accompagnés de Michel
Tubiana, président de la FIDH (Fédération internationale des droits
de l’homme), ont exprimĂ© leur opposition Ă  l’ouverture des
négociations avec la Turquie. Varoujan Sirapian, représentant du
PADL, a repris point par point les arguments en faveur de la Turquie.
Et, point par point, les a réfutés. La Turquie est une nation
europĂ©enne ? L’hĂ©ritage judĂ©o-chrĂ©tien et grĂ©co-romain «a Ă©tĂ© balayĂ©
par la turquisation et l’islamisation du pays», dont, selon lui, «le
point culminant a Ă©tĂ© le gĂ©nocide armĂ©nien». L’Europe ne doit pas
ĂŞtre un club chrĂ©tien ? «C’est Ă  la Turquie de montrer qu’elle est
pluraliste et non l’inverse.» Quant Ă  Erdogan, il s’est,
affirme-t-il, «déclaré ouvertement favorable à la polygamie». Bref,
«la Turquie n’est pas encore apte Ă  intĂ©grer l’UE». Ces propos ont
provoqué la colère du président de la FIDH, Michel Tubiana, qui a
refusé catégoriquement de les cautionner. Son combat se joue sur le
terrain des droits de l’homme et n’est pas affaire de religion. Comme
la FRA et son reprĂ©sentant Mourad Papazian, il n’est pas contre une
intégration à terme de la Turquie. Mais il considère que le volet
politique des critères de Copenhague, que la Turquie doit satisfaire
pour intĂ©grer l’Europe, n’est pas respectĂ©. Pour la FRA et la FIDH,
ce volet signifie pour Ankara la reconnaissance du génocide arménien,
la fin de l’occupation de Chypre par la Turquie, le respect de la
minoritĂ© kurde. Papazian rĂ©clame un report de l’ouverture des
nĂ©gociations, ainsi qu’un audit gĂ©nĂ©ralisĂ© en Turquie.