Une Annee 2015 De Douleur En Turquie Peut Servir Pour Un Avenir Meil

UNE ANNéE 2015 DE DOULEUR EN TURQUIE PEUT SERVIR POUR UN AVENIR MEILLEUR PAR BARCIN YINANC

PRESSE TURQUE

L’année que nous avons laissée derrière nous était le 50e
anniversaire de la déportation par le gouvernement turc d’une des plus
anciennes populations de l’Anatolie, les Rums d’Istanbul. L’année
dans laquelle nous sommes entrés marque le 100e anniversaire d’une
autre tragédie d’une autre ancienne population de l’Anatolie,
les Arméniens.

Les Grecs d’Anatolie ou Rums, ont d’abord été soumis a une migration
de masse en 1923 suite a un accord sur un échange de populations entre
la Turquie et la Grèce a la fin de la guerre d’Indépendance. La
plupart des Turcs connaissent ce sujet depuis qu’il a été fondé
sur un accord entre deux Etats. Puis vint le 6/7 septembre 1955, un
pogrom ; qui a également conduit a d’autres rums qui ont quitté le
pays. Alors que les anciennes générations ont des connaissances a ce
sujet, les jeunes générations sont moins bien informés a ce sujet.

Mais ce qui est arrivé en 1964 est encore moins connu en Turquie.

“Le gouvernement turc, incapable de nuire a Chypre, a fait partir
les Rums d’Istanbul. L’Accord d’établissement, de commerce et de
navigation ” signé en 1930 entre la Grèce et la Turquie a été
unilatéralement annulée et les rums qui étaient des citoyens de
la Grèce ont été invités a quitter le pays immédiatement. Mais
les rums de nationalité grecque et ceux de nationalité turque
ayant été complètement interdépendants, plus de 30 000 Rums ont
suivi les 12000 qui ont été initialement expulsé. Ainsi, les rums,
la plus ancienne population d’Istanbul, a été en grande majorité
retiré de leur ville.

Dans cette perceptive, 1964 peut être considérée comme le dernier
maillon d’une longue chaîne d’homogénéisation qui a commencé par
les gouvernements des Jeunes Turcs du 20e siècle ” indique un appel
a communications pour une conférence internationale organisée par
l’Université Bilgi en novembre dernier.

” Ils ont été forcés de quitter avec seulement 20 kilos et 20
dollars ; comme si ils étaient des touristes qui sont venus en
Turquie pour une visite ” a déclaré Ä°lkay Romain Ors, l’un des
organisateurs de la conférence.

Comme c’est également le cas avec de nombreux autres pages sombres de
notre histoire, que ce soit la tragédie arménienne ou les massacres
du Dersim des Alévis, les souffrances des rums ont été ajoutés
aux autres squelettes dans le placard.

” La migration 1964 des Rums eu lieu il y a pas trop longtemps,
mais c’est l’une des moins connus et moins étudiée. L’histoire
orale n’a pas été généreuse par rapport a l’événement de 1964 et
les Rums ont plutôt gardé le silence, ils ne voulaient pas attirer
l’attention ” a déclaré Romain Ors du Département des relations
internationales de l’Université Bilgi.

Le lent réveil d’une sorte de sommeil profond de l’hiver sur notre
passé a commencé dans les années 1990. Cela a été la décennie
où d’importantes mesures de réforme ont été prises pour atteindre
les normes de l’Union européenne et la Turquie a commencé a gagner
la confiance en soi, ce n’ est donc pas par hasard que, quoique a un
rythme lent, les Turcs ont commencé a remettre en question certains
des épisodes les plus désagréables de leur histoire.

” La réaction initiale des démocrates turcs était d’aborder le
sujet d’un point de vue nostalgique. Cependant, ceci est finalement
devenu une véritable confrontation avec les derniers tabous du
pays. La migration forcée des Arméniens et le nettoyage ethnique
en 1915, l’échange forcé de population en 1923, l’impôt sur la
fortune en 1942 et le pogrom d’Istanbul du 6 au 7 septembre 1955,
ont été les sujets les plus répandues et abordés. Malgré
cela, certaines questions doivent encore être analysées de facon
suffisamment académique. La déportation des Juifs de Thrace en 1934,
l’islamisation de force des Arméniens, et la déportation des Rums
en 1964 sont ceux-la ” dit l’appel a communications.

La conférence organisée en collaboration avec l’Association Babil, le
Centre d’études de l’Asie Mineure et la Fédération Ã…”cuménique des
Constantinopolitains, et financé par la Fondation Open Society, vise
a faire la lumière sur le triste événement de 1964 et encourager
une étude plus approfondie.

Pourquoi faut-il s’en rappeler ? Quel est le but de rayer de vieilles
blessures ? ” Rien ne reste caché ; nous ne pouvons pas les fuir a
jamais et prétendre qu’ils n’ont jamais eu lieu. Il est préférable
de traiter ces questions quand ils sont encore frais dans nos esprits.

Nous devons tirer les lecons de nos erreurs passées afin de ne pas
les répéter de nouveaux ”.

Se souvenir des choses désagréables est un exercice désagréable
et douloureux en effet. 2015, le 100e anniversaire de la tragédie
arménienne, sera une année douloureuse a cet égard, mais ce sera
un exercice sain pour une meilleure et pacifique mentalité de la
société.

1er janvier 2015

Barcin YÄ°NANC

Journal Hurriyet

vendredi 16 janvier 2015, Stéphane ©armenews.com

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=106816

You may also like