Pour une éducation sexuelle chez les adolescents en Arménie

ARMENIE
Pour une éducation sexuelle chez les adolescents en Arménie

Le taux d’avortement chez les adolescents (la tranche d’ge des 15-19
ans) en Arménie continue de croître selon des professionnels de santé
citant le changement de comportement sexuel et le manque d’éducation
sexuelle comme les principales raisons. Selon les données officielles,
sur les 12000 avortements en 2011, 600 concernaient des adolescents,
ce qui fait un ratio de cinq pour cent de la population adolescente
(pour un ratio de 1000 femmes), alors qu’en 2009 il était de 4,6 pour
cent.

Les médecins affirment que les adolescents en Arménie commencent à
avoir des rapports sexuels à l’ge de 14 et 15 ans, ce qui signifie
que la vie sexuelle commence trois ans plus tôt que par le passé, au
milieu d’un manque d’éducation et avec aucune mesure de
sensibilisation.

“En cette ère de liberté d’information les risques liés à l’absence
d’éducation sexuelle adéquate sont beaucoup plus élevés, car ils
conduisent à une perception insuffisante. Notre expérience montre une
tendance croissante des grossesses non désirées chez les adolescentes
>> a déclaré Donara Alagyozyan gynécologue-obstétricien à ArmeniaNow.

Non seulement l’Arménie, mais toute la région est traversée par cette
question. Les pays post-soviétiques ont du mal à surmonter l’idéologie
soviétique de > et l’habitude de garder le silence à ce
sujet.

Malgré le fait qu’après une longue résistance et une lutte en 2008, le
thème de l’éducation sexuelle est entré dans le cursus supérieur de
l’école publique dans la catégorie >, les
informations sur les relations sexuelles, les maladies sexuellement
transmissibles sont >.

Le taux de maternité chez les adolescentes en Arménie est de 28,3 pour
cent, ce qui signifie que chaque année, plus de 1000 adolescentes
donnent naissance.

Garik Hayrapetyan affirme >.

La nécessité d’une éducation sexuelle était l’un des quatre principaux
sujets abordés à Genève au cours d’une conférence > impliquant son introduction
comme programme scolaire obligatoire et globale “, a-t-elle dit à
ArmeniaNow, ajoutant que ce qui est enseignée dans les écoles
d’aujourd’hui est loin d’être suffisant.

>, explique Anna Nikoghosyan.

L’Arménie, néanmoins, fait mieux que ses voisins en termes de taux de
grossesse chez les adolescentes.

En Géorgie, à cause des minorités ethniques musulmanes, où les
mariages précoces sont assez communs, 39 pour cent des adolescents
tombent enceintes, en Azerbaïdjan, cet indice est de 40 pour cent. La
Turquie a fait des progrès tangibles en ce qui concerne la réduction
du nombre jusqu’à 29 pour cent contre 49 pour cent en 2001.

“Le progrès de la Turquie est louable, cependant plus de 90000 jeunes
filles se marient chaque année et deviennent mères, perdent leur droit
à l’éducation et n’ont aucun droit de contrôler leur propre vie
reproductive, et c’est très inquiétant” a déclaré Pinar Ilkkaracan,
conduisant une ONG de défense des droits de la femme à ArmeniaNow.

Garik Hayrapetyan est convaincu que de nombreuses questions, y compris
les taux dangereux de 12 pour cent de stérilité secondaire, serait
résolvables par une éducation sexuelle appropriée.

L’UNFP envisage d’aider à l’introduction d’un discours de l’éducation
sexuelle à l’Institut pédagogique d’Etat ou l’Institut national de
l’éducation physique, ce qui signifie que les futurs enseignants se
verront enseignés des compétences pour parler ouvertement de ce sujet
alors qu’ils sont encore au lycée / université, plutôt que d’être
formés plus tard, comme c’est le cas maintenant.

“Cela contribuerait grandement à la formation d’enseignants qui
enseignent le sujet avec une grande compétence, parce qu’en ce moment,
nous avons ce sujet dans nos programmes, et la question n’est toujours
pas résolue >> a conclut Garik Hayrapetyan.

Par Gayane Abrahamian

ArmeniaNow

samedi 6 septembre 2014,
Stéphane (c)armenews.com

From: A. Papazian

You may also like