Le Cercle d’Amitié France-Karabagh condamne l’arrestation de Leyla e

Cercle d’Amitié France-Karabagh
Le Cercle d’Amitié France-Karabagh condamne l’arrestation de Leyla et
Arif Yunus par l’Azerbaidjan
Le Président Hollande appelé Ã évoquer la situation des Droits de
l’Homme lors de son prochain déplacement à Bakou

Le Cercle d’Amitié France-Karabagh condamne fermement le procédé
violent et arbitraire par lequel la militante azerbaïdjanaise, Leyla
Yunus et son mari Arif, se sont vu notifier leur interdiction de
quitter le territoire azerbaïdjanais ce 28 avril 2014.

Leyla Yunus est la directrice de l’Institut pour la Paix et la
Démocratie, une organisation azerbaïdjanaise Å`uvrant pour le
rapprochement et l’amitié entre les sociétés civiles arménienne et
azerbaïdjanaise, qui est une clé essentielle d’une paix et d’une
sécurité durable au Haut-Karabagh et dans toute la région.

En 2013, Leyla Yunus a été décorée de la Légion d’honneur et du prix
allemand Théodore Haecker pour son action en faveur des Droits de
l’Homme.

« Les initiatives pour le rapprochement arméno-azéri de Mme Yunus et
de son époux, ainsi que leur prise de distance critique avec le régime
Aliev constituent les vraies raisons de cette arrestation. D’ailleurs
Mme Yunus avait confié qu’elle s’attendait de manière imminente à une
telle arrestation » a déclaré François Rochebloine, le président du
Cercle d’Amitié France-Karabagh.

En partance pour Paris, les Yunus ont été arrêtés à l’aéroport de
Bakou en violation de toute disposition légale. Mme Yunus a été
soumise à un traitement dégradant alors que son mari, faisant un
malaise, était hospitalisé.

Cette arrestation fait suite à un appel à la paix lancé conjointement
par Mme Yunus et une militante arménienne des Droits de l’Homme trois
jours auparavant. Elle suit également l’arrestation ce 19 avril du
journaliste Rauf Mirgadirov, lui aussi engagé dans le rapprochement
arméno-azéri, au motif fantaisiste d’espionnage au profit de
l’Arménie.

Mme Yunus a été honorée par la France au titre de son action en faveur
des Droits de l’Homme et son assignation à résidence résonne donc
aussi comme en camouflet pour notre pays » a rappelé François
Rochebloine. « En outre, ces arrestations politiques ne sont pas des
actes isolés. Elles s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie du
régime Aliev visant à terroriser tous ceux qui militent pour la paix
et le rapprochement entre les sociétés civiles azerbaïdjanaise,
arménienne et karabaghiote » a-t-il ajouté.

Le Cercle d’Amitié France-Karabagh souligne qu’en ce sens, de telles
arrestations arbitraires mettent en péril les fragiles tentatives de
dialogue et constituent autant de menaces pour la paix et la sécurité
régionale.

« La France, coprésidente du groupe de Minsk, devrait donc
sérieusement se préoccuper de tels abus. Nous enjoignons le Président
à rappeler fermement l’Azerbaïdjan à ses obligations lors de son
déplacement dans ce pays » a conclu le Président du Cercle d’Amitié
France-Karabagh.

Le Cercle d’Amitié France-Karabagh a été créé le 19 mars 2013. Il
regroupe aujourd’hui une trentaine de responsables politiques
(députés, sénateurs, maires et autres élus). Le Cercle a pour objectif
de soutenir l’action du Groupe de Minsk de l’OSCE (ce Groupe coprésidé
par la France, les Etats-Unis et la Russie, est chargé de médiation
pour trouver une solution au conflit du Karabagh), de sécuriser les
peuples de la région, de rompre l’isolement international du peuple du
Haut-Karabagh et de favoriser un espace de dialogue et d’échanges
entre les peuples du Caucase du Sud.

vendredi 2 mai 2014,
Stéphane ©armenews.com

From: A. Papazian

You may also like