Un journaliste tué au Kurdistan irakien

KURDISTAN
Un journaliste tué au Kurdistan irakien

(AFP) – Des hommes armés ont abattu à son domicile le directeur d’un
magazine enquêtant sur la corruption dans la région autonome du
Kurdistan, dans le nord de l’Irak, ont rapporté une ONG et une source
policière.

Kawa Ahmed Germyani, le rédacteur en chef du magazine Rayal et
correspondant pour le journal Awene, a été abattu jeudi soir, a
indiqué Rahmane Gharib, un responsable de Metro Centre, une
association kurde de défense de la liberté de la presse.

Un capitaine de police a confirmé sa mort.

Germyani, 32 ans, a été touché à la tête et la poitrine devant sa mère
à son domicile dans la ville de Kalar, selon M. Gharib.

Le journaliste avait reçu des menaces et été poursuivi en justice par
des hommes politiques pour ses écrits sur la corruption, a précisé le
responsable de l’ONG.

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) s’est dite `horrifiée`
par ce meurtre. `Connu pour son professionnalisme et ses enquêtes sur
des affaires de corruption et de népotisme dans le Kurdistan irakien,
le journaliste se savait menacé`, a ajouté l’ONG.

`Il avait d’ailleurs alerté les autorités de la région sur ces
menaces. Ce crime aurait pu être évité si ces mêmes autorités avaient
pris les mesures nécessaires pour assurer sa protection`, a-t-elle
poursuivi.

L’organisation s’est dit par ailleurs très `inquiète du fort climat
d’insécurité qui pèse sur les journalistes au Kurdistan, et plus
généralement en Irak, et de l’impunité dont bénéficient leurs
agresseurs ou assassins`.

Il y a moins de deux semaines, le journaliste Alaa Edwar a été tué
dans la ville de Mossoul (nord). Trois autres journalistes avaient été
tués dans cette même ville en octobre.

L’Irak est régulièrement critiqué pour son manque de liberté de la
presse, et a été placé premier du classement `Impunité` du Committee
to Protect Journalists, une ONG basée à New York, qui recense les
meurtres non résolus de journalistes.

Si la région du Kurdistan se présente comme une région plus sûre et
plus respectueuse des droits de l’Homme que le reste de l’Irak, elle a
été vivement critiquée par des ONG pour son non-respect de la liberté
d’expression.

dimanche 8 décembre 2013,
Stéphane ©armenews.com

You may also like