Georgie : Les Risques De La Consommation

GEORGIE : LES RISQUES DE LA CONSOMMATION

GEORGIE

Les Georgiens aiment faire du shopping, et les detaillants haut de
gamme sont attentifs. Mais les donnees economiques indiquent que les
goûts dispendieux des consommateurs pourraient etre mettre de nombreux
acheteurs dans le piège de la dette.

La capitale de la Georgie, Tbilissi, connaît une transformation calme
et pourtant stable dans le commerce de detail. Traditionnellement,
les habitants de la ville ont manifeste des loyautes solides dans
leurs quartiers respectifs, et ont tendance a faire leurs achats dans
des boutiques familiales locales. Ces derniers temps, cependant, les
complexes commerciaux de style americain ont commence a apparaître. Et
ce shopping semble gagner des parts auprès des consommateurs.

Dans un nouveau centre commercial, a la mode du centre-ville de
Tbilissi où les marques haut de gamme telles que Zara et Massimo Dutti
sont presentes 320 acheteurs se sont inscrits en une heure lors d’un
recent samedi après-midi, et 120 achats effectues.

D’autres centres commerciaux de style occidental dans la ville semblent
meme occupes. Pour les Georgiens comme le chauffeur de taxi Dato,
29 ans, qui a achete des vetements de la marque Zara recemment,
les nouveaux centres commerciaux sont une alternative interessante,
bien qu’il y soit plus coûteux d’y faire du shopping que dans l’un
des bazroba de Tbilissi, ou d’humbles marches.

Bien que sa famille ne peut se permettre de faire des emplettes dans
ce magasin d’une chaîne espagnole tous les mois, les achats sont une
fois ou deux fois par an faisables a dit Dato.

” Comparativement, c’est une meilleure affaire “. Pourtant, avec un
revenu median des menages a seulement 473 lari (284,70 $) par mois –
et un prix a payer de 450 lari (271,97 $) pour un sac a main Massimo
Dutti – on ne sait pas d’où l’argent vient pour repondre a la demande
des consommateurs georgiens.

Des representants du Groupe Fawaz Alhokair, une societe basee en
Arabie saoudite qui detient les licences regionales de 23 grandes
marques internationales, y compris Banana Republic, Clarks, Gap,
Massimo Dutti et Zara, n’ont pas repondu aux demandes d’EurasiaNet.org
a propos de leurs ventes en Georgie.

Les donnees economiques suggèrent que les habitudes de consommation
courants pourraient devenir insoutenables. Malgre les chiffres
officiels montrant une croissance economique relativement stable
depuis 2004, la Georgie n’a toujours pas une classe moyenne forte,
a souligne Irina Guruli, economiste et coordonnateur de programme
au Centre de recherche sur la politique economique a Tbilissi. Les
tendances actuelles ne sont pas censes changer bientôt. En Juin,
l’economie georgienne s’est contractee de 0,8 pour cent, après
avoir enregistre une croissance nulle en mai. Le taux de chômage
se situe officiellement a 15 pour cent, mais des estimations non
officielles l’estiment a plus de 50 pour cent de la population en
âge de travailler.

L’UNICEF en 2011 avait estime que 22 pour cent de la population de
la Georgie d’environ 4,47 millions de personnes vivaient dans la
pauvrete, et quelques signes existent que ce pourcentage a diminue
considerablement au cours des deux dernières annees. Un peu plus de
un pour cent des 2287 Georgiens interroges en 2012 par le Centre des
ressources et de recherche du Caucase ont gagne plus de 400 $ par
mois. Pour les 99 pour cent qui gagnent 400 $ par mois ou moins, soit
environ 64 pour cent de leurs revenus est estime aller vers l’achat
de nourriture et de boissons, avec simplement 5,8 pour cent dediee
aux vetements, selon Jones Lang LaSalle et l’Institut de sondages et
de marketing, une societe de conseil locale.

Des nouvelles plus alarmantes sont contenues dans un rapport de la
Banque mondiale de 2013, qui indiquait que les menages georgiennes
semblent depenser plus d’argent qu’ils n’en ont.

Des renseignements accessibles au public n’existent pas sur les prets
a la consommation, ni une ventilation des achats par carte de credit.

Une chaîne de magasins d’electronique grand public base a Tbilissi ”
Go Electronics “, cependant, a revele que près de la moitie de toutes
ses ventes sont faites par cartes de credit. C’est un pourcentage
relativement eleve dans un pays qui a toujours vecu sur une base de
payer cash et de prendre.

Il y a quelques facteurs auxiliaires qui pourraient vraisemblablement
aider a soutenir les habitudes des depenses actuelles. Les transferts
de la diaspora, en particulier, augmentent les revenus de nombreuses
familles. La Georgie a recu 805 300 000 $ dans de tels transferts au
cours des sept premiers mois de 2013, une augmentation de 8,4 pour
cent compare a 2012, selon la Banque nationale de Georgie.

La question de savoir comment ce revenu disponible des Georgiens est
utilise est inconnu. Mais cette incertitude ne semble pas refroidir
les detaillants et les developpeurs de magazins. De nouveaux
centres commerciaux ouvrent a un rythme regulier. CBD developpement
base a Tbilissi, en collaboration avec le groupe d’investissement
international Cube Capital, investissent 60 millions de dollars dans
un centre commercial de 65000 mètres carres devant ouvrir ses portes
près du principal aeroport de Tbilissi a l’automne 2014. En plus de ce
projet, des plans provisoires existent par trois autres developpeurs
pour un supplement de 25000 mètres carres de commerces dans d’autres
nouveaux centres commerciaux au cours des deux prochaines annees.

Note de la redaction :

Molly Corso est une journaliste independante qui travaille egalement
comme editeur de Investor.ge, une publication mensuelle de la Chambre
de commerce americaine en Georgie.

Eurasianet.org

lundi 4 novembre 2013, Stephane ©armenews.com

From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress

You may also like

Emil Lazarian

“I should like to see any power of the world destroy this race, this small tribe of unimportant people, whose wars have all been fought and lost, whose structures have crumbled, literature is unread, music is unheard, and prayers are no more answered. Go ahead, destroy Armenia . See if you can do it. Send them into the desert without bread or water. Burn their homes and churches. Then see if they will not laugh, sing and pray again. For when two of them meet anywhere in the world, see if they will not create a New Armenia.” - WS