A Antakya, la colère de la rue, contre l’ingérence turque, en Syrie

TURQUIE
A Antakya, la colère de la rue, contre l’ingérence turque, en Syrie

Comme chaque jour, les habitants d’Antakya ont pris la rue, pour
demander des comptes, après l’attentat meurtrier de Reyhanli.

A grand renfort de sifflets, d’applaudissements ou de slogans, ils
dénoncent la présence toujours croissante des réfugiés syriens et le
soutien d’Ankara aux rebelles en guerre contre le Président Bachar
al-Assad. Ils scandent `Nous ne voulons pas de tueurs jihadistes, dans
notre ville` et, à l’adresse des autorités turques, `Ne vous mêlez pas
de la Syrie`.

`Tout ce que nous voulons, c’est que le gouvernement abandonne son
soutien aux rebelles islamistes`, résume Mahir Mansuroglu, le
porte-parole du centre communautaire de la province d’Hatay, un
rassemblement hétéroclite de partisans de la gauche, de nationalistes,
de musulmans ou de chrétiens qui tente de fédérer la protestation.

La cohorte des manifestants observe à distance un autre cortège.
Celui-là est constitué de quelques centaines de personnes qui exigent,
elles, une `meilleure sécurité` à la frontière.

Plusieurs voitures de police suivent les manifestants à distance, pour
éviter tout incident. Jusque-là, les forces de l’ordre n’ont pas eu à
intervenir à Antakya, une ville qui accueille un mélange
particulièrement riche d’ethnies et de religions, notamment des
musulmans sunnites et alévis, ainsi que des chrétiens.

Mais l’arrivée sur le sol turc de près de 400.000 réfugiés syriens
depuis le début il y a deux ans des combats a mis à mal ce fragile
équilibre, surtout dans la province de Hatay.

Alors depuis le double attentat à la voiture piégée qui a fait 48
morts et plus d’une centaine de blessés dans la ville frontalière
voisine de Reyhanli, la colère gronde.

`Petite Syrie`

Les autorités turques, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan en
tête, ont prétendu que le régime de Damas en est le seul responsable,
mais la population locale continue à mettre en cause le soutien de son
gouvernement aux rebelles, hostiles à Bachar al-Assad et lui demande
désormais des comptes.

`Les gens qui sont là disent simplement qu’ils ne veulent plus voir de
jihadistes à longue barbe se pavaner dans leurs rues`, insiste
Mansuroglu en référence aux combattants de la fraction la plus
radicale de la rébellion syrienne.

`Ces larges manifestations sont la conséquence naturelle de la
politique du gouvernement`, renchérit Semir Baklaci, l’un des
responsables locaux du principal parti d’opposition, le Parti
républicain du peuple (CHP), `à chaque fois qu’il existe une réelle
chance de dialogue en Syrie, ce genre d’événement se produit`.

`Erdogan se contente d’observer alors qu’une attaque sauvage a infligé
à la Turquie ses plus lourdes pertes`, renchérit l’un des
manifestants, Necla Oncu.

Certains accusent même le Premier ministre d’avoir laissé faire pour
mieux plaider la cause d’une intervention militaire auprès du
président américain Barack Obama, qu’il doit rencontrer vendredi à
Washington.

Sadik Baba, un négociant de 37 ans, ne va pas aussi loin. Pour lui,
c’est la forte présence des réfugiés syriens en Turquie qui est à
l’origine de la situation, celle qui a transformé Reyhanli en une
`petite Syrie`, comme il dit.

`Combien d’entre nous vont devoir mourir avant qu’ils (les dirigeants
turcs) ne se rendent compte que les risques sont devenus aussi grands
de notre côté de la frontière ?`, s’interroge-t-il, inquiet.

mercredi 15 mai 2013,
Stéphane ©armenews.com

From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress

You may also like

Emil Lazarian

“I should like to see any power of the world destroy this race, this small tribe of unimportant people, whose wars have all been fought and lost, whose structures have crumbled, literature is unread, music is unheard, and prayers are no more answered. Go ahead, destroy Armenia . See if you can do it. Send them into the desert without bread or water. Burn their homes and churches. Then see if they will not laugh, sing and pray again. For when two of them meet anywhere in the world, see if they will not create a New Armenia.” - WS