Les discours haineux des médias ciblent en priorité les Arméniens en

TURQUIE
Les discours haineux des médias ciblent en priorité les Arméniens en Turquie

Les Arméniens dans le monde et de la communauté arménienne de Turquie
ont été les communautés les plus ciblées dans les articles ou les
nouvelles qui sont considérés comme haineux entre mai et août 2012,
selon un récent rapport publié le 6 décembre de la Fondation Hrant
Dink.

La Fondation Hrant Dink surveille régulièrement les médias pour les
histoires qui ciblent les minorités religieuses et ethniques, ou
d’autres groupes défavorisés tels que les personnes handicapées ou non
hétérosexuelle. Entre mai et août de cette année, il y a eu 101
éditoriaux, colonnes et articles identifiés par les experts de la
fondation comme ciblant des groupes nationaux, ethniques et religieux.
Il y a eu 35 articles visant les femmes et les personnes ayant des
orientations sexuelles différentes de la population générale.

Le rapport a constaté que le nombre de groupes ciblés est descendu à
15 communautés contre 17 dans les deux premiers rapports. La majorité
des supports provient de la presse nationale, selon le rapport.
Environ 82 pour cent des éléments classés comme contenant des discours
haineux, a été retrouvé dans les médias nationaux. Le solde, soit 18
pour cent provenait de journaux locaux. En outre, le rapport révèle
que la majorité des discours haineux sont diffusés dans le travail des
chroniqueurs.

Dans la période entre mai et août, les groupes qui ont été le plus
souvent ciblés ont été respectivement, les Arméniens, les chrétiens,
les Juifs et les Grecs, indique le rapport. Il est noté « Dans ce
groupe, l’aspect qui se démarque le plus en termes de discours haineux
envers les Arméniens, que l’on peut identifier comme une catégorie
fixe, était leur association avec le PKK [Parti des travailleurs du
Kurdistan] dans le contexte où le conflit s’intensifie récemment. Ce
discours, produit par la compréhension que « les Kurdes musulmans sont
inoffensifs et le PKK est un mouvement arménien » a également été
reproduit à certains moments avec comme cible les chrétiens et les
juifs. Cependant, l’affirmation la plus dominante était celle que les
Arméniens soutiennent le PKK, recherchent des opportunités pour nuire
à la Turquie, l ‘« ennemi éternel » et sont un facteur de risque ». Le
rapport a également révélé que le nombre d’histoires et de colonnes
incitant à la haine contre les Kurdes est en augmentation. « Cette
augmentation a été observée lors des mois de Juillet et Août, lorsque
le conflit armé s’est intensifié (…). Dans le contenu, la question a
été réduite à la « terreur kurde ».

Le rapport indique que les journaux qui ont donné le plus d’espace aux
discours haineux étaient ceux qui avaient une ligne éditoriale
nationaliste conservatrice, avec les journaux suivants Milli Gazete,
Yeni Akit, Ortadogu, Yenicag et Yeni Mesaj.

La Fondation Hrant Dink suivi la haine dans les médias depuis 2009.

Les informations sont évaluées sur la base de quatre catégories de
discours haineux. La première catégorie est « Exagération /
attribution / distorsion » implique des stéréotypes négatifs et de la
distorsion. La deuxième catégorie est « Blasphème / insulte /
dégradation » inclut l’utilisation directe du dénigrement ou de mots
obscènes envers le groupe ciblé. La troisième catégorie est « inimitié
/ discours de guerre », on entend tout objet qui contient de
l’hostilité et des expressions bellicistes sur une communauté. La
quatrième catégorie est « Utilisation de l’identité propre en tant
qu’élément de la haine ou de l’humiliation / symbolisation », contient
des discours où les attributs d’une personne acquise à la naissance
qui sont utilisés pour humilier une personne.

samedi 5 janvier 2013,
Stéphane ©armenews.com

From: A. Papazian

You may also like