L’émigration arménienne crée des villages de femmes seules

ARMENIE
L’émigration arménienne crée des villages de femmes seules

Il n’y a aucun homme visible dans les ruelles rurales de Vardzador
quant Susanna Asatrian mère de 4 enfants part dans les champs pour
battre l’orge et le blé.

Son mari a laissé le pays pour rechercher du travail comme tant
d’autres hommes quittant leurs pauvres terres, les laissant presque
entièrement peuplé par des femmes pour symboliser le problème de
dépopulation du pays.

« C’est un régime totalement matriarcal. Nous plaisantons même sur le
fait que le nom de notre village doit être changé de « Canyon des
Roses » en « Canyon des Femmes » a dit la femme gée de 36 ans.

Au milieu de la saison de moisson dans Vardadzor, à près de 130
kilomètres (80 milles) de la capitale Erevan de l’ex état soviétique,
des femmes font le dur travail agricole, se prépare aux longs mois
d’hiver et élèvent leurs enfants pratiquement sans aide masculine.

« Les enfants disent que leur père leur manque, mais que pouvons-nous
faire ? » a demandé Asatrian.

Dans des villages comme cela, les femmes se marient traditionnellement
jeunes et leurs maris partent souvent après leur lune de miel pour
travailler comme man`uvres migrateurs, revenant seulement deux mois
chaque année.

Les hommes qui restent sont en grande partie gés.

Plus d’un million de personnes a quitté l’Arménie dans les années de
1988 à 2007, avec deux-tiers d’entre eux qui partent vers la Russie,
comme le mari d’Asatrian, quittant la petite république du Caucase
avec une population actuelle de 3,2 millions de personnes.

Asatrian est chanceuse, cependant ; son mari vient à la maison chaque
Nouvel An, lui donne un coup de téléphone fréquemment et envoie des
centaines de dollars pour soutenir la famille chaque mois.

D’autres craignent que leurs maris trouvent de nouvelles femmes en
Russie et les abandonneront complètement, comme dans le cas d’une
femme de Vardadzor dont le partenaire migrant a cessé de la contacter
tandis qu’elle attendait son deuxième bébé . « Il n’y a eu aucune
nouvelle de lui pendant 10 ans, aucun coup de fil » a dit tamara gée
de 29 ans.

« Les gens disent qu’il vit à Omsk avec une femme russe plus gée,
élevant son autre enfant et ne veut pas penser à nous ».

L’émigration a augmenté de nouveau ces récents mois, une tendance que
les analystes lient avec le rétablissement économique après la crise
mondiale.

Le Fonds des Nations Unies pour la population et l’Agence de
Statistique de l’Etat estiment qu’environ 25 000 à 30 000 personnes
abandonnent l’Arménie de manière permanente chaque année.

« Ceux qui laissent le pays sont principalement des jeunes hommes au
début de leur vie » a dit Garik Hayrapetian du Fonds des Nations Unies
pour la population.

« La situation affecte négativement la reproduction de la population
et l’équilibre des genres et contribue au vieillissement de la société
».

L’opposition en Arménie soutient que la migration menace la sécurité
nationale du pays et le Président Serge Sarkissian a déclaré que les
autorités doivent prendre des mesures.

« Le nombre de gens cherchant le succès outre-mer est grand et bien
sûr nous devons être sérieusement concernés par ce problème » a dit
Serge Sarkisian plus tôt cette année, suggérant que la seule façon de
changer complètement la tendance était de créer de meilleurs
conditions économiques.

Les enquêtes ont suggéré que 70 à 75 pour cent des émigrants partent à
cause du manque de travail et des bas salaires dans un pays qui subit
un isolement économique parce que ses frontières avec ses voisins la
Turquie et l’Azerbaïdjan sont fermés depuis longtemps en raison de
discussions politiques.

Mais le chef de l’agence de migration du pays Gagik Eganian a accusé
l’opposition d’essayer de marquer des points politiques en décrivant
la dernière vague d’émigration comme catastrophique et suggérant que
l’Arménie devient un « désert

« Il n’y a aucune donnée sur la proportion des gens qui quittent le
pays pour toujours » a-t-il dit.

Quelques analystes soutiennent aussi que la migration a des bénéfices
économiques, avec beaucoup de familles survivants grce à l’argent
envoyé à la maison par des parents travaillant à l’étranger – 772
millions de $ (548 millions d’euros) au cours de la première moitié de
cette année.

Mais une plus inquiétante statistique produite par le Fonds des
Nations Unies pour la population est que 44 pour cent des gens
répondant à une de ses enquêtes ne voient pas d’avenir pour eux et
leurs enfants en Arménie.

Garik Hayrapetian a aussi relevé les inquiétudes que pas seulement les
pauvres et sans emplois partent maintenant.

« La migration a changé qualitativement. Les gens aisés avec de
l’enseignement supérieur et des emplois bien payés émigrent maintenant
» a-t-il dit.

Le gouvernement prépare ce qu’il appelle un Programme National pour la
Réduction de la Migration, qui est devrait être lancé bientôt, tandis
qu’un autre programme intitulé « vient à la maison » encourage les
gens de la diaspora arménienne à déménager dans leur patrie.

A Vardadzor, les enfants de Susanna Asatrian gardent le contact avec
leur père via internet, tandis que d’autres attendent avec espoir que
leurs papas reviennent de la Russie pour Noël – bien que quelques-uns
d’entre eux, seront probablement déçus.

Mariam Harutunian

dimanche 18 novembre 2012,
Stéphane ©armenews.com

You may also like