La loi sur le génocide arménien retoquée : les premières réactions

MarsActu, France
28 février 2012

La loi sur le génocide arménien retoquée : les premières réactions

Le conseil constitutionnel a censuré la loi pénalisant le génocide
arménien, pour atteinte à la liberté d’expression. A Marseille où les
élus s’étaient particulièrement investis et où la communauté
arménienne est importante, l’émotion est grande. La députée Valérie
Boyer, à l’origine du texte recalé, dit vouloir en préparer un
nouveau.

Il s’agit là d’une grande déception pour la communauté arménienne et
d’un camouflet pour la députée Valérie Boyer qui avait porté le texte
et réunit autour d’elle des parlementaire de gauche comme de droite,
notamment à Marseille. Le conseil constitutionnel a jugé cet
après-midi la loi pénalisant la négation des génocides attentatoire à
la liberté d’expression et donc contraire à la constitution.

L’auteure du texte, Valérie Boyer a confié à BFM TV “sa tristesse” et
considéré que nous étions en présence d’une “inégalité de traitement”,
faisant référence à la loi Gayssot adoptée en 1990 qui reconnaît le
génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale et en pénalise la
négation. Les sages n’ont jamais été saisis de cette loi et n’ont pas
statué sur celle-ci aujourd’hui.

D’où “l’incohérence” pointée du doigt sur son blog par le président du
groupe communiste à la mairie de Marseille et ex-député Frédéric
Dutoit. Pascal Chamassian, le président du conseil de coordination des
associations arméniennes de France, par ailleurs conseiller municipal
socialiste va plus loin en déplorant lui “une hiérarchisation des
génocides”.

Cette décision du CC ne faisait guère de doute, y compris pour la
députée des quartiers nord de Marseille quand elle se déclarait lors
du dépôt de la requête “déçue de constater que certains parlementaires
préfèrent le légalisme à l’humanisme”. Un recours initié par des
parlementaires UMP opposés au texte qu’avaient rejoint des élus de
tout bord notamment les écologistes emmenés par l’historienne Esther
Benbassa. Le maire Nouveau centre du 11/12 et opposant de Boyer aux
prochaines législatives, Robert Assante, voit dans ses divisions la
cause de cette censure :

Pour des raisons politiciennes, cette loi a été faite au forceps au
dernier moment alors qu’on la réclamait depuis le début de cette
législature. En ne réunissant pas l’ensemble de la majorité derrière
ce texte, il fallait s’attendre à ce dénouement.

Assante poursuit et se dit “navré pour toutes ces familles qui ont été
meurtries et qui ont le sentiment d’avoir été cocufiées”. Le contexte
émotionnel reste toujours fort à Marseille. Pour Garo Hovsépian, le
maire PS du 13/14, très impliqué sur ces questions : “Ce choix ouvre
la porte à toutes les dérives négationnistes et encourage la Turquie
dans sa politique de déni”.

Le conseiller général, lui aussi candidat dans la 1ère
circonscription, Christophe Masse s’en prenait même au conseil
constitutionnel sur Twitter puis dans un communiqué : “Le conseil
constitutionnel censure la pénalisation de la négation du génocide
arménien, injure à la démocratie parlementaire. […] Il bafoue la
dignité humaine et renvoie les députés et les sénateurs à un rôle
transparent.”

Plus mesuré, Jean-Marc Coppola du PC appelle à “ne pas abandonner
cette idée” initiée par son camarade Gayssot. Valérie Boyer, dans la
lignée de Nicolas Sarkozy, compte elle aussi poursuivre : “Cette
décision s’impose à nous. Il faut désormais trouver un autre texte”,
déclarait-elle toujours au micro de BFM TV. Celui-ci n’a que très peu
de chance d’être examiné avant les prochaines législatives.

(avec Julien Vinzent)

From: Emil Lazarian | Ararat NewsPress

http://www.marsactu.fr/politique/la-loi-sur-le-genocide-armenien-retoquee-les-premieres-reactions-27288.html

You may also like

Emil Lazarian

“I should like to see any power of the world destroy this race, this small tribe of unimportant people, whose wars have all been fought and lost, whose structures have crumbled, literature is unread, music is unheard, and prayers are no more answered. Go ahead, destroy Armenia . See if you can do it. Send them into the desert without bread or water. Burn their homes and churches. Then see if they will not laugh, sing and pray again. For when two of them meet anywhere in the world, see if they will not create a New Armenia.” - WS