Pourquoi Les Archives De L’Etat-Major Ne Seraient-Elles Pas Ouvertes

POURQUOI LES ARCHIVES DE L’ETAT-MAJOR NE SERAIENT-ELLES PAS OUVERTES ? PAR MEHMET ALI BIRAND
Stephane

armenews.com
jeudi 1er decembre 2011

Je considère vraiment que le debat sur Dersim est important. Il
ne sert a rien en realite de savoir si le premier ministre a rendu
publics des documents qui l’etaient deja ou s’il a souleve ce debat
pour affaiblir le principal parti d’opposition, le Parti Republicain
du Peuple (CHP). Ce qui est important, c’est que le premier ministre a
ouvert le couvercle de la boîte de Pandore jusque la maintenue fermee.

Cette boîte ne sera plus refermee. C’est ainsi que la Turquie trouvera
le courage de se confronter aux pages sombres de son passe.

Entre temps, le debat de Dersim a revele une autre realite : il est
impossible d’ouvrir les archives de l’Etat-major. Les documents les
plus importants sur le passe sont entre les mains de l’Etat-major. On
pouvait s’y attendre dans la mesure où, dans la periode qui precède,
l’essentiel du pouvoir residait dans l’armee. Par suite, a moins que
ces documents soient divulgues, il ne sera pas possible d’organiser
un debat sain.

Mais aux yeux de qui et par qui ces documents ces documents sont-ils
caches ? Dans tous les pays, après un temps plus ou moins long,
et quel que soit leur niveau de confidentialite, les documents
sont rendus publics, tandis que nous vivons derrière un rideau de
confidentialite. Pour quelle raison ?

Les Procureurs devraient entendre Ciller a propos du 28 fevrier

Une enquete sur le 28 fevrier sera donc finalement ouverte. A mon
avis, il est plus que temps que cela arrive. Ceux qui s’en souviennent
doivent savoir que le 28 fevrier 1987, une “menace de coup d’etat”
apparut au grand jour et de facon plus ostensible que dans le
“feuilleton du coup d’etat” qui raconte les preparatifs du complot
de certains grades en 2003 et 2004.

Le Bureau du Chef d’Etat-major avait alors annonce qu’un coup
d’etat serait declenche a moins que la coalition Erbakan-Ciller
ne demissionne.

Bien plus, on attendait clairement qu’une tentative de coup d’etat
se produise. On se souvient meme que le president du moment, Suleyman
Demirel, lorsqu’on lui reprocha de ne pas s’etre oppose au coup d’etat
avait dit : “Si le gouvernement ne s’etait pas demis, l’armee etait
prete a intervenir. J’ai empeche cela”.

Une ingerence du militaire dans la vie politique, s’etait produite
ouvertement, sans que la justice n’intervienne ou ne veuille
intervenir sur ces agissements. La justice qui a ouvert dans les
affaires Ergenekon et Sledgehammer (Balyoz, coup de massue), des
instructions fondees sur les suppositions et les raisonnements les
plus improbables, et qui continue les arrestations aux depens de
sa credibilite, avait choisi d’ignorer le 28 fevrier. Finalement,
ce qui etait necessaire a ete fait et un dossier a ete ouvert sur
une autre periode sombre de notre histoire recente.

Je la connais bien parce que j’ai fait un dossier sur cette periode.

C’est un episode qui n’est pas secret, un temps où l’opposition des
points de vue se heurtaient et où l’armee imposait le sien. Les acteurs
(a l’exception notable d’Erbakan) sont en majorite en vie.

Mon conseil aux procureurs charges de l’instruction est de commencer
par l’ex dirigeante du parti de la Juste Voie (DYP) Tansu Ciller.

C’est elle qui sait le mieux ce qu’il y avait derrière ces evenements
et qui a fait quoi. Personne a part elle n’a vecu le 28 fevrier
d’aussi près. En outre, jusqu’a present, elle n’a ouvertement confie
ses memoires a personne.

Vous verrez, l’enquete revelera des man~uvres et des conspirations
aussi nombreuses que les feuilles tombees d’un grand arbre.

Il n’y a pas de doutes, Amberin, nous n’aimons pas les etrangers !

Amberin Zaman demandait dans les colonnes du quotidien Haber Turk,
“les Turcs sont-ils racistes ? ” Elle a dit qu’elle repondait
habituellement par un “non” ferme a cette question, mais qu’elle
avait change d’avis. Journaliste originaire du Bangladesh, Amberin
a ete traitee de “sale Bangladaise” ou de “sale Armenienne” du fait
de sa position sur la question armenienne.

Le cliche “les Tucs sont tolerants envers les etrangers, ils sont
hospitaliers et ils ouvrent les bras et offrent leur aide” n’est
qu’un mensonge.

C’est regrettable mais c’est comme ca…n’en deplaise a quiconque.

JOURNAL HURRIYET

Traduction Gilbert Beguian

From: A. Papazian

You may also like