Intuition de genie Tigran Hamasyan, le jeune pianiste armenien

Le Télégramme
30 juillet 2004

Intuition de génie Tigran Hamasyan, le jeune pianiste arménien, a
fait l’unanimitĂ© pour lui.

Intuition de génie Tigran Hamasyan, le jeune pianiste arménien, a
fait l’unanimitĂ© pour lui.

Intuition de génie

Tigran Hamasyan, le jeune pianiste armĂ©nien, a fait l’unanimitĂ© pour
lui. Sans le vouloir, le coup de coeur du directeur du festival a
aussi montrĂ© son gĂ©nie Ă  quelques privilĂ©giĂ©s pendant l’hommage Ă 
Nougaro. Avant mĂȘme que les mains de Maurice Vander ne poursuivent
leur course sur le clavier, Tigran, écoutant passionnément au pied de
la scÚne, avançait les siennes dans le vide, sur son piano virtuel.
Une intuition comme ça n’est pas branchĂ© sur l’oreille, mais plutĂŽt
sur le coeur.

Les copains d’abord…

S’ils avaient chantĂ©, les quatre copains de Claude auraient peut-ĂȘtre
choisi Brassens. L’ambiance sur scĂšne faisait trĂšs « les copains
d’abord ». En dehors aussi d’ailleurs. Le point de ralliement des
compĂšres Ă  Vannes a Ă©tĂ©… le Roof ! PĂšres peinards, ils ont ensuite
donné des sueurs froides aux organisateurs du festival. A un quart
d’heure de monter sur scĂšne, les amis franco de port Ă©taient toujours
Ă  l’hĂŽtel ! Par contre, une fois trouvĂ© le chemin des loges aprĂšs
leur concert, il a Ă©tĂ© difficile de les en faire sortir. «’Y pas une
p’tite bouteille de rouge qui traĂźne ? » a demandĂ© Eddy Louiss vers 2
h du matin. Il fallait bien ça pour oublier que Nougaro leur avait
posé un lapin.

ArrĂȘtez… arrĂȘtĂ© pour la musique !

Piaf ne faisait pas de jazz, d’accord. Mais la mĂŽme, qui a commencĂ©
en poussant la chansonnette dans les rues, se battait par
anticipation pour le « off ». « ArrĂȘtĂ©, arrĂȘtĂ© pour la musique »
criait-elle dans l’accordĂ©oniste. Eh bien Pierre Le Bodo l’a entendue
aprĂšs un petit couac mardi soir. « Comme pour la FĂȘte de la musique,
il faut officialiser la chose par un arrĂȘtĂ© municipal ». En clair :
les cafĂ©s ne pourraient plus ĂȘtre taxĂ©s de tapage nocturne dĂšs 22 h.
Le off pourrait alors faire « ouf »…

1.500 p’tits blancs pour le blues

Autre retour sur la soirée de mardi. Alors que Buddy sirotait du
Cognac sur scĂšne, Ă  l’entrĂ©e du festival les producteurs du
Bordelais, partenaires du festival, distribuaient petits blancs et
autres couleurs de « breuvage des dieux » aux fans du roi du Blues.
Un geste visiblement trÚs apprécié.

1.650 personnes Ă©taient Ă  Limur ce soir-lĂ . Les producteurs, eux, ont
distribuĂ© 1.500 verres de dĂ©gustation… Les organisateurs avaient
bien dit qu’ils avaient fait le plein !
From: Baghdasarian