Elections Europeennes: Les Tetes De Listes S’Expriment Devant LaComm

FEDERATION EURO-ARMENIENNE
pour la Justice et la Démocratie
Avenue de la Renaissance 10
B–1000 BRUXELLES
Tel./Fax : +32 (0) 2 732 70 27
E-mail : [email protected]
Web :

COMMUNIQUE DE PRESSE
13 mai 2004
Contact: Talline Tachdjian
Tel.: +32 (0)2 732 70 27

ELECTIONS EUROPEENNES: LES TETES DE LISTES S’EXPRIMENT DEVANT LA COMMUNAUTE
ARMENIENNE

Lyon, France – Dimanche 9 Mai 2004, lors d’un meeting organisé à l’occasion
de la Journée de l’Europe à la Bourse du Travail de Lyon par le Comité de
Défense de la Cause Arménienne (CDCA) et la F.R.A Tachnagtsoutioun, les
têtes de listes de la circonscription du Sud-Est de la France pour les
Européennes ont eu l’occasion de s’exprimer sur l’entrée de la Turquie en
Europe: étaient présents Thierry Cornillet (UDF), Gérard Benhamias (Verts),
Patrick Louis (UPF). Le débat était animé par Frédéric Bourgade, journaliste
à France Inter, avec la participation de Franck Bianchieri du Think Tank
Europe 2002 et Hilda Tchoboian, de la Fédération Euro-Arménienne.
Absents en raison du lancement de la campagne électorale de leur parti,
Françoise Grossetête (UMP) et Michel Rocard (PS) se sont exprimés par des
interviews filmées.
Franck Bianchieri a témoigné de la préoccupation et de l’opposition
grandissantes à l’adhésion de la Turquie, constatée lors des débats qu’il a
animés dans 100 villes européennes.

Devant un auditoire attentif de plus de mille personnes, Thierry Cornillet
et Patrick Louis ont exposé leur opposition formelle à l’adhésion turque,
pour des raisons géographiques, culturelles et démographiques, promettant de
poursuivre cette politique lorsqu’ils seraient élus au Parlement européen.
De même, Françoise Grossetête, dont le parti a fait un revirement
spectaculaire depuis peu sur la question, a préconisé un statut de
partenariat privilégié pour la Turquie. A gauche, Gérard Benhamias, du parti
des Verts, a rappelé qu’il fallait intégrer la Turquie rapidement, et faire
confiance aux démocrates turcs pour l’amélioration de la situation des
Droits de l’Homme, ainsi que la reconnaissance du génocide qui serait le
résultat de la démocratisation du pays.
Pour sa part, Michel Rocard, a souligné l’importance stratégique de l’
adhésion turque, en raison des liens ethniques et culturels de la Turquie
avec les pays turcophones d’Asie Centrale dont les réserves pétrolières ne
sauraient laisser l’Europe indifférente ; selon lui, la reconnaissance du
génocide des Arméniens viendrait naturellement lorsque la Turquie se
sentirait « ridicule» pour son négationnisme.

Hilda Tchoboian a rappelé que c’est à l’occasion de l’examen de la
candidature de la Turquie que le Parlement européen a commencé depuis 2000 à
considérer, sous l’impulsion de la Fédération Euro–Arménienne, les questions
du génocide et du blocus. Rappelant les rapports Morillon et Lamassoure,
elle a dénoncé les incohérences entre les déclarations des partis opposés
à l’adhésion turque et leur refus de dire la vérité à la Turquie dans les
rapports annuels du Parlement Européen.
Pour les positions de la Gauche, Hilda Tchoboian a démenti l’exemplarité de
l’adhésion de la Turquie pour le monde musulman, en raison des relations
conflictuelles qui régissent le rapport de ce pays avec ses voisins arabes.
Elle a également dénoncé l’argument de la laïcité, fondée en Turquie non sur
la pluralité, et la séparation de la religion et de l’état, mais sur la
protection par l’état turc de la religion musulmane devenue majoritaire
après l’extermination des citoyens non musulmans.

« Si elle n’impose pas ses valeurs à la Turquie comme condition préalable à
son adhésion, l’Europe sera forcément amenée à intégrer les valeurs
négationnistes de la Turquie, et donner libre cours aux négationnismes des
autres génocides » a affirmé la Présidente de la Fédération Euro–Arménienne.
Elle a souligné qu’au delà d’une reconnaissance formelle, l’Europe doit
rendre possible les réparations du génocide, permettant notamment à la
Turquie de donner à l’Arménie et au peuple arménien les garanties de sa
sécurité.
« La Turquie doit promettre de renoncer à sa politique agressive vis à vis
de l’Arménie ; cette politique n’est pas le fait d’un régime, mais découle d
‘une doctrine d’état qui se poursuit aussi bien sous les régimes militaires
ou civiles, que sous celui des Islamistes » a conclu Hilda Tchoboian.

Avant un concert du groupe Bratch, en faisant la synthèse du débat, Georges
Kepenekian a déclaré que les Arméniens resteraient vigilants, et ne
donneraient pas de carte blanche aux partis dont les actions futures
resteront au centre de l’attention des citoyens européens.

#####

http://www.feajd.org

Emil Lazarian

“I should like to see any power of the world destroy this race, this small tribe of unimportant people, whose wars have all been fought and lost, whose structures have crumbled, literature is unread, music is unheard, and prayers are no more answered. Go ahead, destroy Armenia . See if you can do it. Send them into the desert without bread or water. Burn their homes and churches. Then see if they will not laugh, sing and pray again. For when two of them meet anywhere in the world, see if they will not create a New Armenia.” - WS