Qui hébergera cette famille arménienne ?

La Nouvelle République du Centre Ouest
vendredi 18 août 2017



Qui hébergera cette famille arménienne ?

by  Emmanuel TOURON

 Le collectif Urgence Niort lance un appel aux Niortais pour héberger
une famille arménienne qui, cet après-midi, risque de se retrouver à
la rue.


Edgar a formulé une demande d'asile. Qui a été rejetée.

Qui hébergera cette famille arménienne ?

Il y a Edgar, 36 ans, professeur de tonnellerie, son épouse Angela,
sage-femme, et leurs trois enfants âgés de 14, 10 et 8 ans. Le père de
famille et le fils aîné ont quitté l'Arménie les premiers, en 2015.
Ils ont été rejoints en France par Angela et leurs deux filles en
avril 2016. Depuis, cette famille s'est battue pour obtenir le droit
d'asile et des papiers. Peine perdue, toutes leurs demandes ont été
rejetées les unes après les autres. L'Ofpra doit réexaminer la
situation du père de famille mais il s'attend à faire l'objet, d'un
jour à l'autre, d'une obligation de quitter le territoire français.

" Ils seront à l'école et à la rue "

Depuis début juillet, ils étaient hébergés par une militante de la
cause des sans-papiers qui leur avait laissé son appartement. Mais le
bail de la jeune femme touche à sa fin, elle doit rendre les clés de
son logement ce vendredi après-midi. Edgar et sa famille doivent
partir. Pour aller où ? « C'est tout le problème », n'en finit pas de
s'insurger Delphine Druet, infatigable militante du collectif Urgence
Niort qui se mobilise pour trouver le gîte et le couvert aux familles
déboutées du droit d'asile.
Pendant l'été, les militants comme elle sont restés mobilisés pour
assister onze familles de sans-papiers (des ressortissants des pays de
l'Est et une d'Iran). « Actuellement, neuf familles sont installées
dans des logements prêtés par les municipalités de Niort, Magné,
Bessines et Marigny. Quatre autres ont été prises en charge par des
particuliers. Une de ces familles vient d'être régularisée, mais
quatre autres (deux arméniennes, une russe et une kosovar) sont sous
le coup d'une OQTF. » Parallèlement, deux familles sont logées de
façon très provisoire chez des particuliers. Dont la famille d'Edgar
qui doit libérer les lieux aujourd'hui. « On cherche partout un
logement pour les accueillir en urgence », s'inquiète Delphine Druet
qui multiplie les appels sur les réseaux sociaux en espérant que des
Niortais seront sensibles à la situation. « L'idéal serait un logement
sur Niort, car Edgar doit subir une opération chirurgicale lourde le
20 septembre. »
S'ils sont encore à Niort à la rentrée, l'aîné retrouvera le collège
Rabelais et ses deux soeurs l'école Ernest-Pérochon. « Et s'ils n'ont
pas de logement, ils seront à l'école et à la rue... », soupire encore
Delphine Druet.

Pour entrer en contact avec le collectif : 07.81.38.55.85 (Gayané) ou
urgenceniortfamillesA gmail.com

https://urldefense.proofpoint.com/v2/url?u=http-3A__www.lanouvellerepublique.fr_Deux-2DSevres_Actualite_24-2DHeures_n_Contenus_Articles_2017_08_18_Qui-2Dhebergera-2Dcette-2Dfamille-2Darmenienne-2D3196510&d=DwIFaQ&c=clK7kQUTWtAVEOVIgvi0NU5BOUHhpN0H8p7CSfnc_gI&r=LVw5zH6C4LHpVQcGEdVcrQ&m=zYyoNRQ_R69bNGUKSiBVzcO3wyLwkpj3lXw0bQ6d4jM&s=6UvPArvv-eokCuA-UaT60v_sHsFTluxajbPq_wpZn8k&e=

You may also like